Activités
Découverte pédestre
du patrimoine de proximité
23 Avril 2011


Le Samedi 23 avril 2011, notre association organise une :
Découverte pédestre
du patrimoine de proximité

Les Balcons du Leman

Reportée en cas d'intempérie.

Rendez-vous au parking de la Place de la Poste de Contamine-sur-Arve
à
13H00minutes.

Puis co-voiturage j'usqu'au parking du Monastère des Voirons. avec un nouveau rendez-vous à 14h00... pour ceux qui prèfère aller directement là bas.

Promenade pédestre sur la crête des Voirons. C'est une promenade facile et gratuite pour tous. Cependant nous vous conseillons de vous munir de bonnes chaussures, et d'un baton de marche: le terrain pouvant être humide et glissant.

Photo de repérage pris le 12 Février 2011


Le site des Voirons était déjà un lieu culte pour les Allobroges et les Romains. C'est le seigneur Louis de Langin qui fonde la première chapelle, au XVème siècle. Celle-ci accueille la Vierge noire, aussi appelée Notre Dame des Voirons. La chapelle devenue par la suite lieu de pélerinage, accueille Saint François de Sales en 1595. Suite à un incendie, la Vierge Noire est aujourd'hui conservée dans l'église de Boëge. C'est en 1967 que les premières soeurs de Béthléem s'installent aux Voirons. Elles sont aujourd'hui une centaine.

« Le Signal », sommet des Voirons alt. 1486 m.

Vue imprenable aussi bien, sur le Jura et le Léman que sur le massif du Mont-Blanc. La vue est si étendue que les Voîrons ont été classés avant 1914, troisième point du vue de l'Europe

http://randosetdecouvertes.over-blog.com/article-randos-aux-voirons-saut-de-la-pucelle-pointe-de-brantaz-47388651-comments.html

Le massif des Voirons de part sa situation géographique privilégiée, à la fois premier contrefort des alpes et promontoire élevé au dessus du grand sillon lémanique avec le massif du Jura dans sa totalité en toile de fond, a toujours attiré de nombreux promeneurs venus jouir ici du panorama, du bon air et des bienfaits de l’altitude. Ce sont des géographes qui vont bientôt donner son nom au point culminant de cette montagne : « Le Signal » (1480 m). En effet, c’est à cet endroit précis qu’ils se sont installés pour construire un édifice à la fois tour d’observation et repère géodésique comme l’atteste encore une borne gravée d’un repère en bronze (référencé « les Voirons n° 31 » et qualifié de 1° ordre). Il a servi et sert encore aujourd’hui de point de calcul trigonométrique pour l’établissement des cartes d’état-major (cartes I.G.N.). Quelques morceaux de chevrons attestent de la présence du signal et de ses repères auxiliaires.

http://www.saint-cergues.fr/spip.php?article189

Saut de la Pucelle

Une tradition populaire

C'était il y a fort longtemps, une jeune fille, Brigitte, dont la vertu égalait la beauté vivait avec ses parents sur la montagne des Voirons. Le jour ,elle gardait son troupeau, le soir elle aidait sa mère dans les travaux du ménage. On raconte que le fauconnier du Seigneur de Boëge sollicitait mais en vain la main de la jeune fille.

Un jour qu'un violent orage s'était abattu sur la montagne, Brigitte s'était abritée au pied d'un sapin, attendant la fin de la tourmente. Tout à coup elle entend des pas précipités. C'était le fauconnier. Effrayée la vertueuse jeune fille s'enfuit et arrive près du précipice, une muraille abrupte de près de 100 mètres de haut. Là Brigitte n'hésite pas, préférant la mort au déshonneur, elle se jette dans le vide... et se retrouve indemne au pied de la falaise.

On éleva en l'honneur de la vierge intrépide un monument qui resta longtemps debout et on appelle encore de nos jours le précipice où Brigitte s'était jetée du nom de « Saut de la Pucelle ».

De nombreux montagnards ont gravi cette paroi, le plus célèbre d'entr'eux fut certainement un jeune prêtre de Milan venu pendant ses vacances honorer Notre-Dame des Voirons Ce très grand alpiniste, autour de livres de montagne est surtout connu parce que de 1922 à 1939 il fût Pape sous le vocable de Pie XI. 

Au sommet du site magnifique des Monts Voirons, face nau Mont Blanc,  Monastère et chapelle des Voirons découvrez le monastère Notre Dame des Voirons, la chapelle ainsi que les ateliers d'art des Petites soeurs de Béthléem.

Le monastère est construit à la fin des années 1980, et inauguré aux débuts des années 1990.

Monastère Notre-Dame de la Gloire Dieu - Les Monts Voirons
74 420 Boëge - Tél. 04 50 39 14 01

 

Appelées par Mgr Sauvage, évêque d’Annecy en 1967, les moniales de Bethléem et de l’Assomption se sont installées sur la montagne des Voirons, lieu où durant plusieurs siècles de nombreux ermites vécurent.

En 1989, le Chapître Général de la Communauté prend la décision de faire du monastère le noviciat international de la Famille.

Les jeunes moniales sont initiées à la vie au désert selon Saint Bruno, à l’école de la tradition primitive orientale.


Appelées à tout quitter pour adorer et célébrer le mystère de l’Amour des Trois Personnes Divines au-delà de tout, dans le silence, la solitude, la sainte liturgie eucharistique, l’étude et le travail, les moniales des Monts voirons se laissent progressivement transformer à la ressemblance du Christ.

Elles se tiennent jour après jour en présence de Dieu, intercédant pour tous leurs frères dans le silence et la solitude.

Pour gagner le pain quotidien du monastère, chaque moniale travaille de trois à cinq heures par jour dans l’atelier de son ermitage.

Chaque monastère tient un magasin qui permet de découvrir cet artisanat constitué d’icônes, de statues, de faïences, d’herbes à tisanes, de cuir travaillé... Un artisanat qui se contente de chanter l’invisible. Il naît de la prière.

http://lalumierededieu.eklablog.com/boege-monastere-de-bethleem-p103482

Les Soeurs de Bethléem:

Fondée au début de l’année 1951, dans une habitation toute simple à Chamvres (Diocèse de Sens) sous l’impulsion de frère Patrick et de sœur Marie (qui ne se considèrent pas pour autant comme fondateurs du mouvement) suite à la proclamation par le Pape Pie XII du dogme de l’Assomption de la Vierge (Rome, 1er novembre 1950) les Sœurs de Bethléem et de l'Assomption de la Vierge, qui deviendront bien plus tard : Sœurs de Bethléem, de l'Assomption de la Vierge et de saint Bruno, constituent  un Ordre de droit pontifical. C’est le 24 juin 1986 que Mgr Matagrin, évêque de Grenoble, érigea  canoniquement les sœurs de Bethléem en Institut religieux monastique de moniales à vœux simples.

Bénéficiant du soutien de l’Ordre Dominicain les premières années, les sœurs de Bethléem se réfèrent peu à peu à l’esprit de saint Bruno et en 1981, l’Ordre des Chartreux, représentant le charisme de saint Bruno au sein de l’Eglise, autorise les sœurs de Bethléem à se réclamer de la paternité de saint Bruno. Quelques années auparavant, en 1973, les Chartreux avaient accueillis les moniales dans leur ancien monastère de Currière en Chartreuse, un monastère complètement restauré par les moines pour que les sœurs viennent y vivre et perpétuer la prière.

L’habit des moniales est blanc, calqué sur celui des Chartreuses dans sa coupe, le voile est court (voile pointe noué derrière la nuque) et de couleur bleu pâle.

Durant sa vie monastique dans la famille de Bethléem, chaque moniale approfondie l’étude de la bible et reçoit une solide formation patristique, philosophique et théologique.

   Cette famille monastique en plein essor, avec beaucoup de jeunes vocations, compte aujourd'hui 700 moniales dans 28 monastères à travers le monde, dont 13 se trouvent en France. Les autres sont dispersés en Italie, Belgique, Allemagne, Espagne, Israël, Etats-Unis, Canada, Argentine, Portugal, Chili, Algérie, Chypre, Lituanie, Pologne et deux fondations sont en cours en Jordanie et au Mexique.

  La famille monastique de Bethléem, de l'Assomption de la Vierge et de saint Bruno compte aussi cinq monastères dans sa branche masculine (fondée en 1976) implantés en France, Italie et Israël.

   La vie des moniales de Bethléem puise son inspiration dans le monachisme érémitique des premiers temps. Ainsi, la prière solitaire, ou Marie tient une place importante, est au cœur de tous les instants du jour et de la nuit pour les moniales ; à l’exemple de saint Bruno, le Patriarche des solitaires en Occident. Chaque moniale dispose de son espace personnel où elle prie, étudie, travaille et prend ses repas en solitude la semaine, avant de retrouver ses sœurs le dimanche pour partager l’Office Divin et le repas communautaire. Le dimanche est aussi un moment d’échange entre les sœurs au cours d’une longue marche autour du monastère dite « spaciement ». Comme les Chartreuses, les sœurs de Bethléem se retrouvent  chaque jour pour célébrer les Matines avec les Laudes puis l’Eucharistie et les Vêpres, tandis que les petites heures sont dites en solitude. Outre le chant grégorien, le rite byzantin tient une grande place dans la célébration de l’Office Divin avec une très belle liturgie.

Le lundi est un jour de « désert » ou les moniales restent en cellule et ne se retrouvent seulement que pour l’Eucharistie.

http://sainte-liberte.over-blog.com/article-les-soeurs-de-bethleem-58359272.html

On ne verra pas, mais il faut savoir:

Le gouffre à Partoi dit Kro d'Éverõ
Ce petit gouffre se trouve à 1 300 mètres d'altitude sur le flanc nord-ouest des Voirons, sur le territoire de la commune de Saint-Cergues. Les grottes sont rares dans cette montagne. Ce gouffre a la particularité de posséder deux entrées, plus accessible vers le nord car très étroite et plus profonde au sud. Cette petite caverne mesure 40 mètres de long. La pratique de la spéléologie est réservée aux professionnels ou expérimentés.

ASSOCIATION
Chez Mme Mouthon - 57, allée de Villy 74130 CONTAMINE-SUR-ARVE
Copyright © 2005 - 2017- Tous droits réservés

compteur internet