Mairie de

Contamine-sur-Arve

En 1846, Claude Gaveiron syndic, Etienne Gaveiron vice-sundic, Pierre Déluermoz et Etienne Pelloux conseillers ordinaires, Charles Burlaz, Joseph-Baptiste Cornut et François Primborgne, désignés par l'Intendant parmi les plus imposés de la commune de Contamine-sur-Arve pour doubler le Conseil, assistés de Joseph-Marie Delagrange secrétaire, se sont réunis dans la chambre consulaire et ont de nouveau soulevés les problèmes relatifs à la construction d'une maison communale.

Il est décidé qu'elle sera construite au-devant du jardin de la cure et du cimetière, à l'embranchement des chemins de Perraz et de l'église.

Sa façade principale devra être orientée au Sud-Ouest, de façon que les affiches pourront être aperçues dès la grande route de Genève (la route de Genève passait derrière le Tourne-Bride et le Contresens actuels).

Elle devra se composer d'une pièce pour l'école de garçons, d'une salle pour les réunions du Conseil et les tournées du percepteur, salle qui se diviserait en deux parties, d'une petite pièce voûtée pour le dépôt des archives, d'un hangar pour le rangement des pompes , d'un réduit servant de chambre de sûreté et d'un lieu d'aisances.

Un bâtiment à deux étages paraissant trop dispendieux, il faudrait un rez-de-chaussée construit à trois pieds au-dessus du sol, en plaçant la porte principale au centre de la façade, l'école à droite, la salle du Conseil, du percepteur et des archives à gauche et le lieu destiné aux pompes derrière la chambre de sûreté.

Pour financer cette construction, la commune est actuellement en possession d'une somme de 2 600 livres.

En 1848, François Decroux syndic, Joseph Chambet, Guillaume Dupraz conseillers ordinaires, ainsi que Claude Famel, Antide-Désiré Gorin et Joseph-Baptiste Cornut composant le Conseil double délibèrent sur les moyens de mettre les projets en exécution. Les plans et devis seront réalisés par Laurent Nier-Maréchal.

On établit la liste de tous les chefs de familles qui devront procurer les pierres et le gravier nécessaires, ainsi que les journées de corvées à fournir. Monsieur Joseph Jacquier-Chatrier propose de céder l'administration de la carrière qu'il possède au "Pré Blanc" et à la "Colombière", pour qu'on y puise les matériaux. En échange, il demande l'exemption de sa part de corvées, ainsi que la cession d'un emplacement communal situé au bord de la grande route, sur lequel est érigée une croix. Celle proposition est acceptée à l'unanimité.

Le premier coup de pioche est donné le 4 avril 1849 par Joseph-Marie Gay qui sollicite un acompte de 600 livres le 13 mai, le montant des travaux s'élevant à 5 403 livres.

Le 20 juillet 1849, on alloue un troisièpe mandat, les murs de la maison étant prets à recevoir la charpente.

Monsieur Dommartin, ingénieur de Bonneville dresse le "certificat de réception d'œuvre", le 25 septembre 1850.

C'est encore Joseph Marie Gay, (aubergiste d'autre part) qui est adjudicataire des travaux et fournitures nécessaires à l'ameublement de l'école pour 182 livres.

En 1850, le Conseil de Contamine au grand complet ; Charles Burlaz syndic, Claude-Joseph Périllat, Antide-Désiré Gorin, Claude-Joseph Périllat, Claude-Jérôme Pelloux, Jean-Marie Chambet, Joseph-Marie Gay, Laurent feu Claude Nier-Maréchal, Laurent feu Joseph Nier-Maréchal, Pierre Pelloux dit Coly, Guillaume Gaveiron, conseillers, assistés de Jules Gorin secrétaire pensent que, pour faciliter les abords de la maison communale et l'entrée de l'école des filles de l'autre côté du ruisseau, il serait convenable d'établir un aqueduc et de former une terrasse pour arriver au rez-de-chaussée du bâtiment.

Exécutés par Joseph Jolivet ces travaux sont terminés en 1862.

Monsieur le Curé Bochaton fait construire à ses frais un mur de soutènement; le long du jardin du presbytère, la commune se chargeant de fournir les pierres et le sable nécessaires.

En 1876, une pétition est adressée au conseil Municipal par Jean-Gabriel Gavillet par laquelle, il expose qu'il serait utile pour tous les habitants de Contamine, qu'il fut établi une horloge "sonnante" sur la maison communale.

En 1909, alors que Emile Ancrenaz est maire de la commune, Auguste Bontaz conseiller municipal fait une donation de 1 850 francs pour établir une horloge publique.

Le devis pour l'élévation du bâtiment de la Mairie en maçonnerie, charpente, menuiserie, ferblanterie, y compris les clôtures et le préau, l'horloge et une cloche de 150 kg. se monte à 16 893 francs 09

L'inauguration de ces travaux a lieu le 21 avril 1912 en présence de Jean Ricattoz maire et de tout le Conseil Municipal.

Sources: archives municipales de Contamine-sur-Arve.

Andrée Blanc